La tourmaline est importée de Ceylan vers l’Europe au XVIIIe siècle. Son étymologie provient d’un nom cinghalais, «turmali», dont le sens reste incertain mais pourrait-être l’endroit où cette pierre a été pour la première fois découverte. Ce sont ensuite les lapidaires d’Amsterdam qui ont transcrit turmali en tourmaline. De toutes les pierres, c’est la tourmaline qui offre la gamme de couleur la plus large, avant les corindons (famille des saphirs) et le diamant. Aussi la trouve-t-on unicolore, bicolore et parfois même avec plus de deux couleurs. Ses noms varient en fonction des couleurs qu’elle présente : La «tête de Maure» est une Tourmaline incolore à extrémité noire, la «tête de Turc» est une tourmaline verte à extrémité rouge. Quant à la tourmaline «melon d’eau», elle est rouge entourée de vert. L’Achroïte, du grec akhrômatos, «sans couleur», est une variété de tourmalines pratiquement incolores. La Rubellite, du latin rubellus «rouge» est une Tourmaline rouge ou rosée tendant fortement vers le rouge. La Verdelite couvre la multitude de verts que peut avoir la Tourmaline. Il en va de même avec l’Indigolite et le bleu. La variété la plus rare est la tourmaline Paraiba, d’un bleu électrique. C’est probablement l’une des pierres fines les plus chères. Comme la tourmaline se présente tel un cristal tout en longueur, si on le frotte d’un chiffon sec, apparaissent alors un pôle Nord, un pôle sud et donc, de la piézoélectricité. Sa gamme de couleur et sa bonne resistance aux chocs en font une pierres agréable et facilement utilisable en joaillerie. La tourmaline se trouve essentiellement au Brésil, à Madagascar aux Etats-Unis et en Afghanistan.

PROPRIÉTÉS ÉSOTERIQUES

La tourmaline serait la pierre favorite des écrivains et des artistes en général, ayant le pouvoir de favoriser l’inspiration.

PROPRIÉTÉS PHYSIQUES

Dureté 7-7,5 Densité entre 3,02 et 3,26 Indice de réfraction entre 1,616 et 1,652

 

Bagues Anna, Saint-Louis, Érica, Ines et Floria

Tourmaline pouvant être également bicolore (au centre )