Il existe plusieurs techniques de fabrication.

La plus courante est la technique de fonte à cire perdue.

On part toujours d’un dessin aux côtes exactes. On sculpte la création dans un bloc de cire. La création nécessite souvent plusieurs parties, et autant de cires pour la composer.

 

Gouaché joaillier

Cire avant fonte - Or blanc Tourmaline bleue et diamant - Or blanc & jaune et saphir jaune.

Si l’on veut reproduire cette création, on transforme la(les) cire(s) en une(des) fonte(s) argent qui fera(ont) l’objet d’un prototype. Grâce à celui-ci on faira un moule qui permettra, en injectant de la cire à l’intérieur, de reproduire la(les) cire(s) sans avoir du coup à la(les) sculpter à nouveau chaque fois que l’on souhaitera reproduire cette création.

Soit il s’agira d’une pièce unique et l’on transforme directement la cire en une fonte en or, platine…

A partir de la fonte, voici les grandes étapes avant d’obtenir une création achevée :

IMG_3447 - Copie.JPG

Fonte d’or jaune

Péridot ovale 5,00 carats

-          La reprise de fonte, qui consiste à lisser le métal en enlevant toutes les traces liées à la fonte.

-          L’assemblage des diverses pièces qui constituent la création.

-          Le serti de ou des pierres. Fonction si spécifique que selon le serti choisi, on fera appel à tel ou tel sertisseur.

-          Les gravures.

-          Le polissage. Qui se fait avant le serti ; le pré-poli, tout aussi important que le poli final qui a lieu après les gravures. Métier spécifique aux traitements du métal : sablage, rhodiage,…

 

La technique de la cire affiche un grand avantage par rapport à la technique que l’on va aborder. Si l’on fait une erreur en sculptant la cire, on peut quasiment toujours la rattraper, en faisant couler un peu de cire liquide dessus et en rattrapant à nouveau. Lorsque on travaille directement avec le métal les erreurs ne se rattrape pas. En revanche, le métal est beaucoup plus « beau », dense, sans aucune aspérité.

 

La plus traditionnelle est la technique tout métal.

On part toujours d’un dessin aux côtes exactes. Mais cette fois ci c’est le métal que l’on façonner.

20.png
 
30 (2).JPG

En l’occurrence, on vectorise le dessin puis on grave ce dernier sur une plaque d’or.

40 - Copie (2).JPG
 
50 - Copie (2).JPG

Que l’on découpe pour obtenir chaque pièce

60 - Copie (2).JPG
 
70 - Copie (2).JPG

Puis que l’on assemble. Aucune soudure ne doit être visible, tout doit s’ajuster au dixième près.

80 - Copie (2).JPG
 
110 - Copie (2).JPG

Le serti puis le poli.

120 - Copie (2).JPG
 
150 (2).jpg
180 (2).jpg